lundi 15 avril 2013

le jeu niveau 1 : Oserez-vous entrer? de Anders de la Motte

Année d'édition : Juin 2013
Edition : Fleuve noir
Nombre de pages : 422
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Henrik Pettersson, dit HP, la trentaine, vit de petits larcins en marge de la société suédoise. Lorsqu’il trouve dans le métro un portable dernier cri, son premier réflexe est de le revendre. Mais l’appareil affiche obstinément un message : « Tu veux jouer ? ». En cliquant sur « oui », Henrik ne se doute pas que ce « jeu » aux apparences innocentes va l’entraîner dans une escalade dont l’enjeu ultime pourrait bien être sa propre vie…
Rebecca Normén est l’exacte opposée de HP : sérieuse et rationnelle, elle a récemment été promue garde du corps. Tout irait pour le mieux dans sa vie si elle ne trouvait pas régulièrement des petits mots menaçants dans son casier. L’expéditeur en sait beaucoup trop long sur son passé. Mais que cherche-t-il ? À jouer avec elle ?
Les mondes de HP et de Rebecca vont se rapprocher inexorablement. Mais si la réalité n’est qu’un jeu, qu’est-ce qui est encore réel ?


Henrik Pettersson est un homme d'une trentaine d'années qui survit comme il peut dans sa ville de Suède. Lors d'un trajet dans un transport en commun, il tombe par hasard sur un téléphone portable neuf et dernier cri. Pensant le revendre à son ami Farouk, alias Mag, qui tient une boutique d'électronique, il va très vite changer d'avis lorsqu'un message est envoyé sur le téléphone lui demandant s'il accepte de jouer. Lorsque son interlocuteur l'appelle par son surnom HP, Henrik voit là un piège de son ami pour se moquer de lui. Très vite il accepte de jouer et se rend compte que les missions sont de plus en plus difficiles, mais l'argent qu'il peut gagner lui donne chaque fois envie de poursuivre toujours plus. La dépendance à ce jeu se fait chaque jour ressentir pour HP.

Rebecca Normèn est une garde du corps. Son métier lui plait et elle fait en sorte de toujours se surpasser pour protéger ses clients. Mais peu à peu, elle se sent devenir la proie d'une personne inconnue qui s'amuse à lui laisser de troublants messages autour d'elle.

Pourquoi le jeu semble-t-il autant s'intéresser à ces deux-là que tout semble opposé ?

Il ya des thrillers qui sont bougrement efficaces sans pour autant être sanglant et très sombre. C'est le cas de celui-ci. Le jeu est un roman dont vous ne décrocherez pas jusqu'au bout !

Il est efficace, rapide et pourtant nous laisse découvrir les personnages et apprendre petit à petit ce qui les réunit tous, vous envoyant sur de fausses pistes. Le style est vif, rapide et n'y va pas par quatre chemins, même si le dénouement demande une petite minute de réflexion pour être sur d'avoir compris tout l'enjeu de cette intrigue et surtout qui tirait les épingles de ce jeu étrange.

Le jeu est un roman vivant où rares sont les moments calmes et reposants. Que ce soit pour Rebecca ou pour Henrik, tous deux mènent une vie mouvementée et qui le sera davantage lorsque Henrik acceptera de jouer pour enfin devenir quelqu'un. Parce qu'on va vraiment voir l'évolution de ce héros peu commun. Un peu voleur et menteur, il n'a que très peu d'amis et il n'a aucune réelle capacité extraordinaire. Il est un peu monsieur tout le monde, à ceci près qu'il a un lourd passé qui lui a valu un séjour en prison. Son évolution est assez incroyable et n'est pas soudaine, du coup à la fin de ce roman, on redécouvre le personnage qui a plus de courage et de confiance en lui. Il se montre même protecteur avec les autres et reste pourtant obnubilé par l'argent, ce qui est monnaie courante à notre époque.

Anders de la motte nous propose un thriller efficace qui n'est pas sans rappeler phone game ou encore the game. Un homme qui se retrouve à la merci d'un groupe inconnu (qui n'est pas sans rappeler X-Files et les machinations du gouvernement) et qui n'est pas censé exister, puisque personne n'en a entendu parler, même si c'est une unité mondiale, qui utilisent des hommes avares et avides de sensations et de reconnaissances pour mener à bien des missions toutes plus différentes les unes que les autres. Mettre le feu à un endroit, effrayer quelqu'un, voler quelque chose, jeter des pierres sur un véhicule de police, les missions sont variées et vraiment différentes. Et du coup, elles empêchent que le lecteur ne s'ennuie ou ne trouve le tout rébarbatif.

J'ai tellement de bonnes choses à en dire, mais je crains que de trop vous en dévoiler ne soit pas une bonne chose, car le seul conseil que je vous donne c'est de veiller la sortie de ce roman, dont apparemment il y aura une suite et qui je pense va ravie de nombreux lecteurs dès le mois de juin.

La première partie est réellement centrée sur le jeu et sa découverte, tandis que la seconde partie se focalise davantage sur l'envie de nos personnages de savoir qui tire les ficelles et qui se cache derrière ça et pourquoi.

En bref, voilà une lecture distrayante et addictive que je ne peux que recommander à ceux qui aiment les thrillers qui ne sont pas gores et surtout qui sont mouvementés !

Chronique de Louve
http://www.mort-sure.com/t6531-anders-de-la-motte-le-jeu-niveau-1-oserez-vous-entrer

***************************************

Je tiens tout d’abord à remercier Louve et le forum Mort Sûre ainsi que les éditions Fleuve noir qui me confortent dans mon adoration pour les thriller.

Henrik Petterson alias HP est un trentenaire qui trouve un telephone dernier cri dans le métro. Dubitatif devant cette trouvaille, il décide de le revendre à son ami, Mag, patron d’une boutique d’éléctronique. Entre temps, il s’avère qu’un message sur le téléphone lui propose une tout autre alternative :
« Tu veux jouer ? »
Rebecca Normén est garde du corps pour le gourvernement. Hantée par son passé, elle essaie tant bien que mal d’avancer sans ces petits mots sur son passé qu’elle trouve inlassablement dans son casier.

Le roman se déroule dans la ville de Stockholm qui nous ait décrite vaguement, mais ça n’a que très peu d’importance, l’auteur donne assez d’informations pour s’imaginer les personnages dans leur environnement. A mon avis le lecteur se concentre plus sur l’intrigue quand il n’est pas assailli par descriptions de lieux.
J’ai été totalement happée par l’intrigue, je suis vite rentrée dans Le jeu au coté d'Henrik.
Une première partie est axée sur le Jeu, ses règles et son fonctionnement. On apprends vite qu’en fait chaque joueur doit accomplir une mission pour laquelle il est payé. Ajoutez à cela qu’ils sont aussi filmés, ça doit un coté spectacle à des actes parfois dangereux pour le joueur et les autres. Henrik est vite emporté par les evenements. Chaque mission réussite le conforte dans une position de gagnant, observé par des dizaines de gens qui l’admire et le complimente pour ses exploits. Plus rien ne l’excite plus que le Jeu.
A ce moment du roman Rebecca a déjà fait quelques apparitions, mais une mission d’Henrik va les réunir. Pour le coup, l’auteur a fait fort et m’a laissée pantoise quant au dénouement de cette mission (je vous laisse le plaisir de lire le roman pour en savoir plus). Là, on rentre dans une seconde partie, où le but est de reprendre pied avec la réalité. On alterne entre les deux personnages, on sent une tension au fil des pages, il faut en savoir plus sur le Jeu d’un coté et sur Rebecca de l’autre. Quel lien unit Rebecca et Henrik ?
Anders De La Motte nous offre une intrigue haletante où les informations sont distillés au compte goutte et où on est avide d’en savoir plus.


Le roman est basé sur la psychologie des personnages, leur façon de réagir au Jeu. Celui-ci se sert des envies de reconnaissance de personnes paumés en quête d’admiration.
Il n’a pas trouvé meilleur joueur que Henrik. Il sort de prison, enchaîne les petits boulots ingrats. Il se sent moins que rien et le Jeu lui donne une raison d’exister, il le pousse dans ces retranchements jusqu’où sommes nous prêts à aller pour satisfaire nos ambitions. De plus il l’isole petit à petit, règle numéro un, ne pas parler du Jeu.
Rebecca, quant à elle, est tout aussi paumée que Henrik. Elle se sauve dans son travail, se voile la face devant son passé. Elle reste très professionnelle avec la tête sur les épaules.
Entre eux, il y a Mag, ami d’enfance d’Henrik, il est aussi une sorte de conscience pour lui. Il le guide dans les moments difficiles. Il apparaît comme un personnage secondaire au début, mais on se rend vite compte qu’il a plus d’importance que ça.
L’auteur mise beaucoup sur ses personnages et le style qu’il y apporte leur donne une toute autre dimension.

Anders de la Motte joue avec le feu avec ses personnages, il nous embrouille l’esprit de non-dit en découvertes. Ce roman a deux voix, alternance entre en Henrik et Rebecca, est mené d’une main de maître. Il arrive à nous faire douter de la réalité en semant des morceaux d’informations, comme un puzzle où il faut retrouver les pièces.

Il me tarde de connaître la suite du Jeu. Que nous réserve l’auteur ? La fin du niveau 1 est une « bonne » fin, les problèmes ont été résolus… en apparence mais alors que va-t-il se passer au niveau 2. Si vous voulez le savoir n’hésitez pas à rentrer dans la partie, le Jeu rend addict.

Chronique de Chtitepuce

3 commentaires:

  1. Je l'ai croisé en librairie mais n'ai pas osé le prendre, dommage, j'aurais dû...

    RépondreSupprimer