samedi 13 avril 2013

Ames de verre de Anthelme Hauchecorne

Année d'édition : 2013
Edition : Midgard
Nombre de pages : 650
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :

Ce livre vous attendait. Il était écrit que vous feriez sa connaissance. Car peut-être êtes-vous, à votre insu, un(e) Éveillé(e). Auquel cas, vous êtes en grand danger. Les rues de cette ville ne sont pas sûres. Pour vous, moins que pour tout autre. Car les Streums rôdent, à l’affût d’une âme à briser. Je ne vous mentirai pas : vos options ne sont pas légion. Votre meilleure chance de survie gît selon toute probabilité entre ces pages. Qui sont les Streums, demanderez-vous ? Pourquoi convoitent-ils les fragments du Requiem du Dehors ? Quel avantage espèrent-ils retirer de cette partition funeste ? Si vous ignorez les réponses à ces questions, vous vous trouvez alors face à un choix. Pour lequel il est de mon devoir de vous aiguiller…Souhaitez-vous rejoindre la Vigie, risquer votre vie et sans doute plus encore, dans une lutte désespérée pour déjouer les intrigues du Sidh ? Ou bien demeurer parmi le troupeau des Dormeurs, à jamais ? Pareille aventure ne se présente qu’une fois. Sachez la saisir. Enki, enquêteur et logicien de la Vigie.


Puis-je vraiment vous parler de ce livre sans me mettre en danger et vous entrainer dans les méandres d’un monde que vous n’êtes pas préparé à découvrir ? Hum… Malgré les strictes recommandations des piliers de la Vigie, je vais prendre le risque de vous mettre dans la confidence. Mais ces quelques lignes doivent rester un secret, une conversation strictement confidentielle entre vous et moi !

Au travers des avertissements d’un codex et d’une intrigue sinistre dans les ruelles sombres de Lille, l’auteur nous entraine sur les traces de créatures d’épouvantes : les Streums. Sortis tout droit de la mythologie celte et des légendes urbaines, ces monstres quittent le Sidh pour intégrer notre réalité. Ils pourraient y vivre, s’y nourrir, faire des affaires en toute impunité s’ils restaient invisibles aux yeux de tous les humains… Ce qui n’est pas le cas puisque certaines personnes développent La Vue, cette capacité à capter l’aura des Streums. Ce sont les Eveillés. La plupart d’entre eux sont regroupés au sein de la Vigie pour lutter contre les attaques des Minautaure, Marchand de sable, Croquemitaine et autres monstres peut ragoutants.

L’ambiance qui ressort de la plume de l’auteur est vraiment nauséabonde. Mélange de sueur, de sang et cadavre en décomposition. Beurk. Mais j’ai adoré ! Le style d’Anthelme Hauchecrone est vraiment très travaillé, avec de belles tournures de phrases et des descriptions qui plongent le lecteur dans les entrailles de son univers fantasmagorique. J’avoue que ce n’est pas le genre de lecture détente que je commencerais un dimanche soir, mais plutôt un roman où l'on se plonge à tête reposée pour ne manquer aucun petit détail égrené au fil des chapitres. Par contre, au cœur de l’intrigue, il m’a été impossible de décrocher. Je n’ai pas vu défiler les 300 dernières pages !

L’histoire est portée par de nombreux personnages qui s’alternent la narration de chapitre en chapitre. Je salue d’ailleurs l’auteur qui réussit à rendre parfaitement crédibles des personnalités bien différentes par l’utilisation de dialogues, parfois familiers ou en patois, et des passages de journal intime qui aide à comprendre la psychologie des personnages. On fait donc la connaissance de Camille (mon personnage préféré), une jeune recrue de la Vigie au caractère fort et aux objectifs bien déterminés, ce qui lui vaut quelques ennuis au sein de l’organisation. Vincent, le prof mis à pied suite à un comportement violent envers un élève, et qui cache un secret dangereux dans le fond de sa cave depuis la disparition de sa femme et de sa fille. Et puis le marchand de sable, que l’on découvre dans la recherche de ses victimes. Bien sur, ces différents protagonistes sont amenés à se rencontrer… pour le meilleur et pour le pire… surtout pour le pire.

J’ai vraiment adoré les passages de combats ! Loin de mes habitudes de lectures où le bourreau passe de vie à trépas en l’espace de vingt lignes, ici j’ai eu mon compte d’action ! Même dans les pires situations, les personnages puisent au fond de leur réserve pour mener la vie dure à leur ennemi, jusqu’au dernier souffle. Du moins en apparence… Des rebondissements m’ont surprise dans des moments où je ne m’y attendais vraiment pas. Génial ! De quoi maintenir le lecteur sous pression jusqu'à la dernière page.

Merci au forum Mort-Sure et aux éditions Midgard pour ce partenariat ! J’ai vraiment passé du bon temps entre les pages de ce roman. Je le conseille à tous ceux qui ont envie de voir les fées, les ondines et les autres créatures du folklore sous un jour différent.  

Chronique de Yezahel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire